• Array

    Film Nous sommes São Paulo

    Invités par le projet 7 milliards d'Autres à réaliser un film à São Paulo dans le cadre de l'exposition au MASP, les réalisateurs Kika Nicolela et Lucas Bambozzi ont décidé d'aborder un des aspects les plus stimulants de cette métropole : la question de la mobilité humaine, c'est-à-dire de l'immigration et de la migration.

    São Paulo, la plus grande ville de l'hémisphère sud, possède une longue histoire d'intégration, d'assimilation et de métissage de différentes éthnies et cultures. L'influence de ces populations peut être facilement constatée par la richesse de la diversité de composition du tissu social paulistain.

    En général, l'intolérance, le préjugé et l'exclusion ont rendu plus compliqué le respect des différences et le dialogue entre les communautés. On attend de São Paulo un potentiel distinct, apparaissant alors comme l'exemple d'une ville plurielle qui abrite toutes les cultures et peuples.

    Mais est-ce que ce processus de métissage s'est fait sans ambiguités ni contradictions, dépourvu de racisme et conflits ? Quels ont été les défis affrontés par ces populations dans leur intégration dans la société ? Et qu'en est-il de l'immigration plus récente, principalement de ceux qui sont venus de Bolivie et de pays africains, ou des flux migratoires provenant des autres États du Brésil ? Est-ce qu'il n'existe pas non plus du rejet et de l'exploitation par rapport à ces migrants ? D'un autre côté, la diversité elle-même de la culture, de la musique, de la cuisine, de l'art, des coutumes, religions, accents et traits physiques des Paulistains ne serait-elle pas une preuve significative de l'harmonie dans laquelle vivent les peuples venus d'autres pays et États ?

    Le film parcourt ces questions au travers d'entretiens avec plus de soixante participants parmi lesquels des migrants, des immigrés et enfants d'immigrés, qui partagent leurs histoires et expériences. Des personnes de différentes éthnies qui sont venues à São Paulo pour les raisons les plus diverses - laissant derrière elles leur famille, leurs amis, leur culture, leurs biens matériels et tout ce qui leur était familier - et qui sont aujourd'hui des Paulistains.


    À PROPOS DU THÈME

    "Nous avons proposé à Yann Arthus-Bertrand cette approche thématique - parler de l'immigration et des migrations à São Paulo - principalement parce que nous croyons que c'est, de plus en plus, un thème essentiel en termes globaux. Et, plus le Brésil grandit économiquement et se fortifit politiquement, il devient plus évident de penser qu'il devra se positionner dans un probable nouveau flux d'immigration, ce qui est déjà en train de devenir une réalité. Au travers des entretiens que nous avons recueillis, on comprend d'une forme générale que São Paulo est une ville formée par des immigrés et que se processus s'est fait d'une manière pacifique et unifiante, mais qu'il existe encore plusieurs failles dans la politique et la législation pour ce qui se réfère à l'immigration. Au-delà de ça, nous croyons que ce point de vue thématique crée un dialogue très intéressant avec le projet 7 milliards d'Autres - comme si, à São Paulo, nous pouvions trouver tous les échantillons de cette diversité globale, concentrée en une mégalopole, et encore plus diverse de par des décennies de métissage." Kika Nicolela

    "Le processus de métissage au Brésil est très complexe, tout comme n'importe quelle idée autour de ce qu'est "l'identité brésilienne". La population de São Paulo reflète cela d'une manière très intéressante, parce que São Paulo fait confluer des gens de plus de 70 pays. Nous sommes induits à penser que ce processus d'immigration s'est déroulé dans la tolérance, par l'assimilation et l'intégration. Quand nous nous approchons des gens, nous prenons connaissance d'histoires qui soulignent d'autres nuances, car chacun ressent cela de manière différente et unique, au-delà des généralisations que l'on commet au sujet de la diversité culturelle et des flux migratoires. Ce que nous avons fait c'est revisiter ce thème, en recherchant une adéquation avec le language prédéfini par le projet 7 milliards d'Autres. Pénétrer dans les questions de l'immigration et de la diversité est toujours enrichissant, un processus qui révèle des aspects fascinants, qui parfois échappent à une méthologie et se laissent entrevoir par d'autres, dans des recherches qui font se croiser différents domaines, impliquant différents types de sensibilités." Lucas Bambozzi


    À PROPOS DU PROCESSUS DE RECHERCHE ET D'ENREGISTREMENT

    "Depuis l'invitation à réalisation cette oeuvre, par l'intermédiaire d'Andrea Caruso, nous avons beaucoup discuté des possibilités d'apporter une touche plus locale, une méthodologie qui soit pertinente par rapport à nos convictions en tant que réalisateurs de documentaires, d'installations ou de projets d'auteurs. Tant que Kika comme moi-même, nous avions déjà quelques oeuvres antérieures qui nous ramenaient à une certaines différenciation avec le dispositif suggéré. Et comme il s'agissait d'une réalisation à deux, nous avons penser chercher une logique ou méthologie d'entretien qui nous soit commune. Nous avons pensé, par exemple, à demander aux propres interviewés d'interroger leurs successeurs, les impliquant dans un fil conducteur narratif moins hiérarchique. Nous avons fini par adopter un language donnant la priorité à la proximité avec les interviewés, recherchant un dénominateur commun qui, au final, a été autant le résultat de nos convictions comme la nécessité d'un language compatible avec le format global du projet." Lucas Bambozzi

    "Les entretiens ont été réalisés en studio. Nous avons décidé de tourner en studio principalement à cause du temps limité qui nous était accordé pour la production (moins d'un mois au total pour le projet, et à peine trois jous pour le tournage), et aussi pour un choix esthétique. Mais nous avons fait une recherche de presque 3 semaines, dans différents quartiers de la ville, et les interviewés viennent également de différentes régions. Au final, nous avons sélectionné 61 interviewés." Kika Nicolela


    À PROPOS DES ENTRETIENS

    "Plusieurs entretiens m'ont marquée. Une dame polonaise de plus de 80 ans qui a décrit avec beaucoup d'émotion comment son père et son frère furent tués dans les camps de concentration, et comme elle a lutté dans la résistance ; une jeune coréenne qui a pleuré du début à la fin parce qu'elle n'a pas parlé à sa famille depuis un an, du fait de sortir avec un brésilien, et qui a donné un témoignage très intelligent sur le fait d'avoir été une enfant immigrée ; un égyptien  de 50 ans qui, jusqu'à aujourd'hui, n'a pas réussi à trouver son identité culturelle, et son décalage avec sa situation d'immigré, qu'il trouve lui-même absurde, étant arrivé au Brésil à l'âge d'un an ; un argentin qui est arrivé en tant qu'exilé politique et qui nous a parlé de manière très émouvante de ses compagnons morts pendant la dictature et sur la façon dont il a trouvé un foyer à São Paulo ; une dame de plus de 90 ans d'origine russe qui est née et a vécu en Chine, jusqu'à son expulsion par le gouvernement chinois et qui est venue à São Paulo seule avec ses 3 petits garçons ; un jeune, petit-fils de japonais, qui a décidé de retrouver ses origines à Okinawa, au Japon, et a fait un joli témoignage sur comment les souvenirs, les histoires familiales et nos identités sont en constante construction (et déconstruction) ; ceux-là sont quelques-uns des entretiens qui m'ont le plus touchée, mais il y en a eu bien d'autres." Kika Nicolela


    À PROPOS DES RÉALISATEURS

    Kika Nicolela est artiste, cinéaste et conservatrice indépendante. Son oeuvre est basée sur la rencontre avec l'autre par le médium de la caméra, impliquant généralement des méthodes participatives dans le processus de création et abordant des problématiques comme la construction de l'identité et la communication. Diplômée en Cinéma et Vidéo à l'ECA/USP en 2000, Kika Nicolela a déjà participé à environ 100 expositions individuelles et collectives au Brésil, Canada, Espagne, Allemagne, États-Unis, Angleterre, France, Portugal, Autriche, Finlande, Pologne, Corée du Sud, Slovénie, Suède et Ukraine, avec des vidéoprojections, installations et photographies. Ses vidéos ont été montrées et primées dans plus de 40 pays. Elle est lauréate du Prémio Mostras de Artistas no Exterior da Fundação Benial e Ministério da Cultura, Apoio à Produção de Artes Visuais da Secretaria de Cultura do Estado de São Paulo, du Programa de Difusão e Intercâmbio Cultural do Ministério da Cultura, du Programa de Exibições do Centro Cultural São Paulo et du Incentivo à Produção da Semana de Artes do Recife. Elle a été artiste résidente au Gyeonggi Creation Center (Corée du Sud), Künstlerdorf Schöppingen Foundation (Allemagne), Sumu AIR (Finlande), Rondo Studio (Autriche) et Casa das Caldeiras (Brésil) ; en 2011, elle participe également aux programmes de résidence Objectifs (Singapour) et Route Fabrik (Suisse). Kika Nicolela est représentée par la galerie paulistaine DConcept et par Vtape, distributeur basé à Toronto.
    Retrouvez ses créations sur www.dilemastudio.com et www.vimeo.com/kikanicolela

    Lucas Bambozzi est documentariste, artiste et chercheur en nouveaux médias. Il travaille avec différents moyens et supports et a constitué un important corpus d'oeuvres vidéo, filmiques et d'installations in-situ, interventions en média et projets interactifs. Ses oeuvres ont été montrées lors de festivals et d'expositions dans plus de 40 pays. Il a été conservateur et coordonateur d'événements comme Sónar SP (2004), Life Goes Mobile (2004 e 2005), Container Art (2008) et Lugar Dissonante (2009).  Il est le créateur et coordonateur de arte.mov Festival Internacional de Arte em Mídias Móveis (2006/20011). Il a été artiste résident au Planetary Collegium em Plymouth, Angleterre, où il a conclu son MPhil avec des recherches portant sur des systèmes intrusifs et les espaces publiques. Il se consacre à l'exploration critique de nouveaux formats de média indépendant, participe activement à l'émergeance de collectifs d'intervention dans les médias et de performances de vidéo en direct avec les groupes Cobaia et FAQ/feitoamãos. Les questions du concept de l'espace informationnel et les particularités d'un art produit à partir de mobilités d'immobilités dans un contexte urbain sont une constante dans ses oeuvres récentes. En 2010, il a participé à des expositions à l'ISEA en Allemagne etau Ars Eletrônica, à Linz, en Autriche, où il a été primé pour son projet Mobile Crash. En 2011, il a une rétrospective de ses travaux au LAA Laboratório Arte Alameda, au Méxique, DF. Ses travaux sont représentés par Luciana Brito Galeria de Arte. 
    Retrouvez-les sur www.lucasbambozzi.net


    PARTENAIRE

    ESPM – Escola Superior de Propaganda e Marketing (École Supérieure de Publicité et Marketing)


    REMERCIEMENTS

    Alice Shintani / Arsenal da Paz / Arsenal da Paz e Simone Bernardi / Associação de Coreanos / Carmen Victor / Casa do Imigrante/ CEABRA / Centro Cultural Africano / Comunidades Ciganas / Coral de Poloneses em São Paulo / Demétrio Portugal / Dona Lisa / IDDAB (Instituto da Diáspora Africana no Brasil) / Instituto da Diáspora Africana no Brasil (IDDAB) / Marcele Garcia Guerra / Marília Canovas / Memorial do Imigrante / Museu do Imigrante / Pastoral do Imigrante / Povo Indigena Pankararu / Projeto Fábrica / Roberto Casemiro / Rosana Gaeta